De passage dans la vie des autres – résumé


Si vous voulez le lire en roumain, be my guest!

Une fausse histoire d’amour avec du bon et du mauvais, peuplée de héros et de salauds, passant dans les vies des uns et des autres et dans le monde en gardant l’empreinte de son propre pays. Une histoire sur le mode d’emploi du bonheur et la sempiternelle question  de comment être heureux bien que cloué dans une chaise roulante, car lorsqu’ils sont sur leurs propres jambes, certains se traînent à travers leur vie.

Le lecteur qui a vécu, ne serait-ce qu’un certain temps en Roumanie, sait que l’auteur n’a pas été obligé d’inventer quoi que ce soit. Pour les autres, ce sera une incursion presque palpable dans une histoire qu’ils ont eu la chance de connaître seulement à travers les livres. La vie est toujours plus forte que les films ou la littérature, aucun de deux ne peut lui tenir tête. En 110 ans, car c’est la période sur laquelle s’étale cette « radiographie » littéraire de la Roumanie, nous nous sommes tortillait dans tous les sens pour finalement revenir à la case départ. Une nation qui a du bon en petit quantité et du mauvais en rab. Avec un destin personnel  toujours lié aux destins de ceux qui nous entourent, un destin clairement déterminé par le lieu de naissance et l’endroit où nous vivons. Toutes les nations ont des héros et des salauds, mais j’ai comme une impression que chez nous la concentration de la deuxième catégorie a largement dépassée, à travers plusieurs époques, la moyenne mondiale.

La bourgeoisie communiste, pour ainsi dire, arrivée sur les chars russes, prend en otage  les destins encore aujourd’hui, sans gêne, sans possibilité de s’en débarrasser.

Cette radiographie aux contours plutôt doux, est teintée  d’humour car, n’est-ce pas, on ne va pas se prendre au sérieux, ou encore pire, prendre les choses au tragique, ce n’est pas dans notre nature.

Trecator prin viata altora – résumé


Le résumé en français

Et d’autres histoires, pour ceux qui lisent le roumain. Pour ceux qui ne le lisent pas, il faut absolument l’apprendre pour pouvoir lire les histoires! 😀

O falsă poveste de dragoste, cu bune și rele, cu eroi și ticălosi, despre cum trecem unii prin viata altora si, impreuna cu tara in care traim, prin lume. Despre cum poti fi fericit desi ai ajuns in carut cu rotile, pentru ca atunci cand aveai picioare zdravene doar te-ai tarat prin viata.

Cititorul care a trăit, măcar un timp, între hotarele României, știe că n-a fost nevoie să inventeze autorul nimic. Pentru ceilalți va fi o incursiune palpabilă într-o istorie pe care au avut norocul s-o cunoască doar din cărți. Viața bate mereu filmul sau literatura. În 110 ani, pe cât se întinde această ”radiografie” a României, ne-am dat peste cap, ne-am sucit și iar am luat-o de la cap. Ca neam. Cu puține bune și foarte multe rele. Cu destinul nostru personal, care este mereu legat de destinul celor din jurul nostru și care este clar determinat de locul nașterii și de locul unde-ți duci viața. Toate neamurile lumii au eroi și ticăloși, dar parcă la noi densitatea ticăloșiei a depășit în multe epoci media mondială. Protipendada comunistă, venită pe tancurile rusești, are și azi urmași care încă ne influențează destinele. Și nu se dau duși. Radiografia e blândă, cu un strop de umor, pentru că, nu-i așa, nici să ne luăm foarte în serios și în tragic nu ne este caracteristic.